Le Fou numérique

Les notions de base de 

Stefan Meyer-Kahlen 

è

Peter Schreiner

Graphique, mise en page et illustrations repris du site du Schachclub Leinzell avec l'aimable autorisation de Klaus Schumacher

Traduit de l'Allemand par Patrick Buchmann avec l'aimable autorisation de Stefan Meyer-Kahlen


UCI Engines Ligue

Matchs et tournois entre Engines

Le Système du Suisse

Téléchargement

Les modules

Comment faire...

Les liens

Plan simplifié du site

Archives

Le Forum du Fou

 

Site search Web search

powered by FreeFind

Schachclub Leinzell

Le format de fichier PGN

de Peter Schreiner - Septembre 2000

 

Le format PGN est le format standard pour la sauvegarde de parties d'échecs. Il est pris en compte par tout programme d'échecs sérieux et est donc très important pour l'échange de données. Après avoir décrit en détail le format EPD, voici quelques informations utiles sur le format PGN. En tête d'une partie sauvegardée au format PGN se trouvent les données de la partie. Dans celles-ci sept champs sont absolument nécessaires d'après le standard PGN:

1.  [Event "?"]

(Nom du tournoi, éventuellement évènement)

2.  [Site "?"]

(Lieu)

3.  [Date "????.??.??"]

(Date)

4.  [Round "?"]

(Ronde)

5.  [White "?"]

(Nom des Blancs)

6.  [Black "?"]

(Nom des Noirs)

7.  [Result "*"]

(Résultat)

 
Le formatage avec une ligne pour chaque champ, les crochets et les guillemets doit être maintenu sinon les problèmes à la relecture des données sont prévisibles. Lors de la saisie de la date, il s'agit aussi de faire attention à quelques subtilités. La saisie de la date doit absolument être au format AAAA MM JJ. Par ex. 2000.08.11. Il est relativement fréquent que l'année de la partie, mais non le mois et le jour, soit seulement connu. Dans ce cas on utilise la forme d'écriture suivante: 2000.??.??. Pour la mention des résultats quatre valeurs sont prévues, c à d 1-0, 1/2-1/2, 0-1, *
 
En principe, les trémas ou d'autres caractères spéciaux dépendant de la langue peuvent être inclus dans un fichier PGN. Des exemples typiques sont ß, é, ö etc. Mais on devrait éviter généralement l'utilisation de ces caractères car beaucoup de programmes (surtout dans les zones de langue anglaise) ne les restituent pas correctement. Dans un fichier PGN, d'autres renseignements sont parfaitement possibles. Ainsi, il est par exemple possible de saisir des descriptions de positions ne démarrant pas à partir de la position initiale. Une description de position dans un fichier PGN ressemble à ceci:

[Eingabe "1"]
[FEN "2B3K1/8/3N1p1p/6pk/5P1P/6P1/7r/5r2 w - -"]

 
Toute la procédure ressemble fortement au format EPD, suite aux données des parties suit un espace et ensuite sont lister les coups c à d la notation de la partie. La notation est facilement compréhensible: elle correspond à la notation abrégée en Anglais (KQRBN pour RDTFC). Il faut respecter les conventions suivantes:

  1. Avant le coup des Blancs se trouvent toujours le numéro du coup suivi d'un point et d'un espace.

  2. Pour une prise, on utilise un "x", par ex. dxe5.

  3. Pour une mise en échec, un "+" est à utiliser, par ex. Bb5+.

  4. Échec et mat est signalé par  "#", par ex. Qh4#.

  5. Pour les roques la majuscule  "O" (est non le chiffre "0") est utilisée, par ex. O-O-O.

  6. Les coups amenant la nulle (pat, répétition de position, règle des 50 coups) ne sont pas signalés.

  7. Les prises en passant ne sont pas signalées.

  8. Lors d'une promotion un "=" doit être placé devant le symbole de la figure, par ex. e8=Q.

Après la liste de la notation, suivent un espace, puis le résultat et encore un espace. Chaque ligne ne peut comprendre que 79 caractères et doit (si nécessaire) être interrompue. Les fichiers PGN peuvent aussi contenir des commentaires et des variantes et il n'y a pas de limitation, du moins théoriquement, au nombre de parties contenues dans un seul fichier PGN.
 
Vous vous demanderez s'il est absolument nécessaire de connaître cette structure. En règle générale non, car les divers programmes prennent ceci en charge, le plus souvent, automatiquement. Mais comme toujours dans la vie, c'est une loterie avec les standards comme par ex. le standard PGN. Tous sont compatibles, mais certains sont plus que compatibles...
 
Il peut ainsi toujours se produire qu'un fichier PGN important pour vous ne puisse être lu car un des paramètres décrits plus haut n'est pas correctement pris en charge ou n'est pas respecté. Dans ce cas, vous devrez mettre la "main à la pâte". Un "site spécialisé" sur le thème outils PGN se trouve sur http://pgn.freeservers.com.

 

Peter Schreiner - Émail: pitters@aol.com
 

nach oben